La Bible, version de Lausanne révisée

LA LETTRE AUX HÉBREUX

Hébreux chapitre 7

1Vraiment, ce Melchisédec était roi de Salem et prêtre du Dieu très-haut. Il est allé à la rencontre d’Abraham quand lui revenait de la défaite des rois, et il a invoqué sur Abraham les soins divins. 2C’est à lui qu’Abraham a même donné pour sa part le dixième de toutes choses. Et Melchisédec, lorsqu’on interprète son nom, est premièrement et sans doute roi de justice, et ensuite aussi roi de Salem qui est roi de paix. 3Il est sans père, sans mère, sans généalogie, et il n’a ni commencement de jours ni fin de vie, mais il est rendu semblable au Fils de Dieu. Ce Melchisédec reste prêtre pour toujours.

4Mais considérez combien est grand celui à qui Abraham, le patriarche, a même donné le dixième du butin! 5C’est vrai, ceux d’entre les fils de Lévi qui reçoivent la prêtrise ont, selon la loi, une ordonnance pour prélever un dixième sur le peuple, c’est-à-dire leurs frères et leurs sœurs, qui pourtant sont issus des reins d’Abraham. 6Mais celui qui n’est pas compté dans leur généalogie, a prélevé le dixième sur Abraham et a fait appel aux soins divins sur celui qui avait les promesses. 7Et sans aucun doute, celui qui est plus important fait appel aux soins divins sur celui qui est inférieur. 8Et ici c’est des hommes mortels qui reçoivent les dixièmes, mais là, c’est celui à qui on a rendu le témoignage qu’il est toujours vivant. 9On peut dire que, par Abraham, Lévi même qui reçoit les dixièmes, a payé les dixièmes. 10En effet, Lévi était encore dans les reins de son père, lorsque Melchisédec est venu à sa rencontre.

11La loi donnée au peuple d’Israël repose sur la prêtrise lévitique. Pourtant, si ça avait été possible d’atteindre la perfection par cette prêtrise, pourquoi c’était nécessaire d’établir un prêtre différent, selon l’ordre de Melchisédec, et non pas selon l’ordre d’Aaron? 12En effet, si la prêtrise est changée, il y a aussi la nécessité d’un changement de loi. 13Jésus, de qui ces choses sont dites, a fait partie d’une autre tribu, et personne n’a été destiné à l’autel de cette tribu-là. 14Oui, c’est évident que notre Seigneur est sorti de Juda. Et Moïse, lui, n’a rien dit au sujet d’une prêtrise pour cette tribu-là.

15Et ça c’est encore beaucoup plus clair s’il s’élève un autre prêtre d’une nature opposée--une nature divine--et qui ressemble lui à Melchisédec. 16Et lui--Jésus--est devenu prêtre, non pas selon la loi d’un commandement basé sur un lien de parenté naturel, mais sur la puissance d’une vie impérissable. 17Oui, Dieu rend ce témoignage: «Tu es prêtre éternellement selon l’ordre de Melchisédec.» (Psaume 110:4.) 18Il y a bien en effet abolition du commandement précédent parce qu’il est faible et inutile. 19Non, la loi n’a rien amené à la perfection. Mais, c’est par l’introduction d’une meilleure attente, et c’est par ce moyen qu’on s’approche de Dieu.

20Et il faut ajouter que ça n’a pas été sans serment, 21parce que si les Lévites ont été faits prêtres sans serment, Jésus lui l’a été avec serment par celui qui lui a dit: «Le Seigneur a juré et il ne le regrettera pas: Tu es prêtre éternellement selon l’ordre de Melchisédec.» (Psaume 110:4.) 22Bien plus même, Jésus a été fait le garant d’un testament tellement plus excellent. 23Et si les Lévites ont été fait prêtres en grand nombre parce que la mort les empêchait d’être permanent, 24Jésus lui, parce qu’il reste éternellement, possède une prêtrise permanente--qui ne se transmet pas.

25C’est pourquoi aussi il peut sauver complètement ceux qui s’approchent de Dieu par lui, puisqu’il est toujours vivant pour intervenir en leur faveur. 26Oui, Jésus était le Grand Prêtre qu’il nous fallait: saint, innocent, sans tache, séparé des pécheurs et élevé plus haut que les cieux. 27Lui n’a pas chaque jour besoin, comme les grands prêtres, d’offrir des sacrifices premièrement pour ses propres péchés ensuite pour ceux du peuple, étant donné qu’il l’a fait une fois pour toutes en s’offrant lui-même. 28Oui, la loi établit grands prêtres des hommes qui sont toujours imparfait, mais la parole du serment prononcé après la loi, établit un Fils pour toujours parfait.