LA LETTRE AUX HÉBREUX

Hébreux chapitre 6

1C’est pourquoi, après avoir laissé une fois pour toutes le début du message du Christ--c’est-à-dire: la loi et les sacrifices--on doit avancer vers la perfection. On ne doit pas poser encore une fois le fondement, c’est-à-dire se détourner des œuvres mortes, de la foi envers Dieu, 2de la doctrine des lavages, de l’imposition des mains, du relèvement des morts et du jugement éternel. 3C’est aussi ce qu’on fera si seulement Dieu le permet. 4Oui, ceux qui ont été une fois éclairés, qui ont goûté du don céleste, qui ont été faits participants de l’Esprit saint, 5qui ont goûté du bon message de Dieu et des puissances du monde à venir, 6et qui sont tombés, c’est impossible de toujours les ramener à un changement complet d’attitude. Eux crucifient continuellement pour eux-mêmes le fils de Dieu et l’exposent à la honte. 7Lorsqu’une terre boit la pluie qui vient souvent sur elle et qu’elle continue à produire une herbe utile à ceux pour qui elle est cultivée, elle reçoit la faveur de Dieu. 8Mais, si elle continue à porter des épines et des chardons, elle est sans valeur et près d’être destinée au malheur, et sa fin c’est d’être brûlée.

9Mais on est convaincus à votre sujet, mes bienaimés, des choses meilleures et convenables au salut, même si on parle comme ça. 10En effet, Dieu n’est pas injuste pour oublier votre œuvre et votre travail épuisant. Aussi cet amour que vous avez montré pour lui--un amour divin, cet amour qui néglige ses propres intérêts pour servir les intérêts de Dieu. Vous avez servi ceux qui sont dédiés à Dieu et vous les servez encore. 11Mais on désire que chacun de vous montre le même zèle pour posséder la pleine assurance de l’attente confiante jusqu’à la fin. 12Alors ne devenez pas paresseux, mais imitez ceux qui, par la foi et la patience, héritent des promesses.

13Oui, quand Dieu a fait la promesse à Abraham, il ne pouvait jurer par aucun être plus grand, alors il a juré par lui-même. 14Il a dit: «Certainement en comblant de biens les autres je te comblerai, et en multipliant je te multiplierai.» (Genèse 22:17.) 15Alors Abraham a attendu avec patience, et il a obtenu la promesse. 16Oui, les hommes jurent par celui qui est plus grand qu’eux, et le serment est pour eux une garantie qui met fin à toute contestation. 17C’est pourquoi Dieu a  voulu montrer encore plus clairement aux héritiers de la promesse l’immutabilité de son plan, et il est intervenu comme médiateur par un serment. 18Il y a donc deux choses immuables--la promesse de Dieu et son serment--et c’est impossible que Dieu mente. Nous on a trouvé notre refuge dans un ferme attachement à l’attente confiante qui est devant nous, alors on a une consolation puissante. 19Cette attente confiante, on la tient comme une ancre de l’âme, ancre à la fois certaine et ferme, et qui pénètre à l’intérieur du voile. 20Jésus est entré là pour nous comme précurseur. Il a été fait Grand Prêtre éternellement, selon l’ordre de Melchisédec.