La Bible, version de Lausanne révisée

LA PREMIÈRE LETTRE DE PAUL AUX CORINTHIENS

1 Corinthiens chapitre 2

1Et moi-même, frères et sœurs, quand je suis allé chez vous, ce n’est pas avec supériorité de langage ou de sagesse que je suis allé vous annoncer le témoignage de Dieu. 2En effet, je n’ai pas jugé que je devais savoir autre chose au milieu de vous que Jésus Christ--le Libérateur promis--et lui crucifié. 3Et moi-même, j’étais chez vous dans un état de faiblesse, de peur et de grand tremblement. 4Mon enseignement et ma prédication ne reposaient pas sur des discours persuasifs d’une sagesse humaine, mais sur une démonstration de l’Esprit et de puissance. 5C’était pour que votre foi ne repose pas sur la sagesse des hommes, mais sur la puissance de Dieu.

6Pourtant on annonce continuellement une sagesse aux chrétiens mûrs. Mais ce n’est pas la sagesse de ce monde, ni celle des chefs de ce monde qui sont en train d’être abolis. 7Nous, on annonce toujours une sagesse de Dieu sous la forme d’un secret longtemps caché mais maintenant révélé. Cette sagesse, Dieu l’avait préparée d’avance avant tous les temps pour notre gloire. 8Aucun des chefs de ce monde ne l’a connue. Oui, s’ils avaient connu cette sagesse, ils n’auraient pas crucifié le Seigneur de la gloire.

9Mais comme c’est écrit: «Ce sont des choses que l’œil n’a pas vues, que l’oreille n’a pas entendues, et que le cœur de l’homme n’a pas imaginées, ces choses que Dieu a préparées pour ceux qui l’aiment.» (Ésaïe 64:4.) 10Mais Dieu nous les a révélées par son Esprit, parce que l’Esprit scrute continuellement toutes choses, même les profondeurs de Dieu. 11En effet, lequel des hommes connait les choses d’une personne, excepté l’esprit de la personne qui est en elle? Pareillement aussi, personne ne connait les choses de Dieu, sauf l’Esprit de Dieu.

12Et nous, on n’a pas reçu l’esprit du monde, mais l’Esprit qui vient de Dieu. C’est pour qu’on connaisse les choses que Dieu nous a gratuitement données. 13Et on en parle, pas avec les paroles qu’enseigne la sagesse humaine, mais avec celles qu’enseigne l’Esprit saint. C’est ce cette manière qu’on enseigne les choses spirituelles à ceux qui ont l’Esprit.

14Mais l’homme qui se laisse saisir par ses instincts naturels ne reçoit pas les choses de l’Esprit de Dieu, parce qu’elles sont une folie pour lui. Et il ne peut pas les connaitre, parce que c’est spirituellement qu’on en juge. 15Celui qui a l’Esprit, au contraire, juge de tout, et lui-même il n’est jugé par personne. 16En effet, qui a connu la pensée du Seigneur pour l’instruire? Mais nous, on a la pensée de Christ--le Libérateur promis.